• De tout temps, l’homme a recherché, à travers le sport, l’entretien de sa forme physique, son plaisir, son bien-être et bien souvent la connaissance de soi-même et le dépassement de ses limites : toujours plus vite, toujours plus loin, toujours plus haut, toujours plus résistant, toujours plus fort ! La chimie contribue à repousser les limites du sportif.

    Les applications de la chimie sont nombreuses et se retrouvent de multiples façons. La chimie joue un rôle important : de l’élaboration de compléments alimentaires, à celle de molécules dopantes et de boissons énergisantes mais aussi dans la conception de nouveaux matériaux. La chimie est sûrement la science la plus impliquée dans l’amélioration de la performance et le dépassement des limites du corps humain. De nos jours, elle ne peut être séparée du milieu sportif.

    Mais jusqu’où peut-on laisser la chimie s’immiscer dans le sport sans considérer qu’elle le dénature ? L’adoption de nouveaux maillots de bain par les nageurs ou encore le problème de dopage sont des questions qui ont bouleversé l’actualité et qui témoignent de l’omniprésence de la chimie dans le sport.

     

    Les innovations en matière d’équipement sportif ont contribué largement à l’amélioration des performances. La chimie des matériaux s’est positionnée au fil des années comme l’acteur majeur de ces innovations. Le milieu sportif a ainsi vu apparaitre de nouvelles matières pour son équipement. Le polyamide, le polyester, la fibre de carbone, les matériaux composites sont autant de matériaux couramment utilisés. Les équipements sont plus légers, plus confortables et plus sécurisants. Les progrès des vêtements spécifiques et du matériel ont donc transformé la pratique du sport, pour le plus grand bénéfice des records mais aussi du praticien amateur.

    A noter que ces progrès techniques ont également des retombées sur les objets de notre vie quotidienne. Nous pouvons citer comme exemple la mode ou l’amélioration de nos voitures grâce à la formule 1.

     

    Notre corps lui-même est une usine chimique fascinante au sein de laquelle les relations entre le plaisir, les performances sportives et la santé sont étroites. La chimie peut apporter le meilleur mais ses excès, le pire. Correctement utilisée, la chimie permettrait de rendre le sport plus sain !

    Le corps humain est le lieu d’action privilégié de nombreuses molécules. Il ressemble à une gigantesque machinerie dans laquelle des mécanismes moléculaires et des processus chimiques se mettent en place, et cela notamment lors de l’effort sportif. L’utilisation quotidienne de molécules et de substances chimiques a été adoptée par le sportif dans son alimentation. Il existe aujourd’hui de multiplies produits énergétiques ou encore les barres énergétiques.

    Mais qu’en est-il du dopage ? Honte du sport ou réalité incontournable ? Question morale ou question technique ? Tout le monde est contre mais est-il si facile de le détecter ? Le sportif est-il forcément conscient d’être dopé ? Y-a-t-il un seuil acceptable ? Et quel est l’effet du dopage sur les performances et les comportements des sportifs ?

    Le cyclisme, la natation, l’athlétisme et l’haltérophilie sont considérés comme les sports les plus touchés mais, à ce jour, le dopage affecte une grande variété de disciplines sportives et ce, à tous les niveaux de pratique. La plupart des molécules considérées comme dopantes sont à l’origine naturellement synthétisées par le corps. Ce sont les progrès de la chimie qui ont permis de réaliser leur synthèse en laboratoire et ainsi d’en assurer leur commercialisation. Aujourd’hui, la détection des produits dopants est d’autant plus difficile que les molécules utilisées sont de plus en plus proches de celles présentes naturellement dans le corps. Ainsi, les techniques de détection et d’analyse sont de plus en plus poussées.

     


    votre commentaire
  • Quoi de plus naturel qu'une cascade, qu'un lac paisible, qu'une rivière ou une grosse averse ? Pourtant... notre planète est la seule du système solaire à posséder de l'eau liquide et notre pays, l'un des plus prévilégiés du globe terrestre. Quoi de plus facile aujourd'hui d'ouvrir un robinet ? Quoi de plus normal que de prélever sans compter cette eau quotidienne pour la satisfaction de tous nos besoin ? Pourtant... exploitée sans mesure ni prudence, l'eau est de plus en plus polluée et la production d'eau potable de plus en plus complexe et coûteuse.

    L'eau est très abondante sur notre planète. Elle est même probablement l'une des ressources les plus abondantes de la Terre. Mais elle est très inégalement répartie sur la surface du globe et seule une part limitée de toute cette eau est réellement directement disponible pour notre consommation. Toutes les eaux de la nature ne sont pas bonnes à boire. Même une eau d'apparence limpide transporte en son sein toutes sortes de substances inertes et vivantes, dont certaines peuvent être nocives pour l'organisme humain. Ces substances proviennent soit du milieu physique dans lequel l'eau a évolué, soit des rejets de certaines activités humaines dont l'eau est devenue le réceptacle.

    Il est donc indispensable d'analyser l'eau avant de l'utiliser. Pour cela, de nombreuses techniques existent et permettent de mettre en évidence les différents polluants de l'eau : acidité ou alcalinité (pH), proportion de carbonates et de bicarbonates (TA, TAC), dureté (TH), quantités de chlorures, de fer, de phosphates, densité, conductivité... Venez découvrir cette année aux Olympiades de la Chimie les différentes méthodes d'analyse utilisées et comprendre la signification de chacun de ces termes.

    Pendant longtemps, les hommes se sont peu préoccupés de leur milieu naturel. Le constat est aujourd'hui dramatique. Des régions entières ont été dévastées et beaucoup de cours d'eau, de lacs et de nappes souterraines sont aujourd'hui polluées, une pollution que la nature a du mal à résorber. Quel est donc l'impact de l'homme sur la nature ?

    Pour pouvoir être consommée sans danger, l'eau doit être traitée. Mais la pollution croissante des réserves rend cette opération de plus en plus délicate. Les techniques ont d'ailleurs beaucoup évolué faisant aujourd'hui du traitement de l'eau une industrie de pointe. En participant aux Olympiades de la Chimie, vous découvrirez les différentes techniques employées aujourd'hui pour le traitement des eaux.

    Ainsi, l'eau est une substance indispensable à la pérennité de tous les êtres vivants : hommes, animaux et plantes, tous ont besoin de leur ration quotidienne d'eau. Mais l'eau est également une ressource essentielle au développement des sociétés humaines. Grâce à ses propriétés exceptionnelles, voire parfois inattendues, l'eau est nécessaire à toutes les activités humaines... Ses usages se sont d'ailleurs intensifiés et les volumes d'eau utilisés par l'homme ont décuplé depuis le début du XXème siècle.

    L'eau est en effet un solvant quasi universel, capable de dissoudre un très grand nombre de composés. Elle est donc employée par de multiples industries pour laver, rincer, tremper, dissoudre. C'est dans des solutions aqueuses que sont réalisées beaucoup de réactions chimiques permettant de blanchir, colorer, extraire, séparer, synthétiser ou coller. L'eau est également utilisée par l'industrie nucléaire, soit comme transporteur de chaleur, car l'eau est capable d'emmagasiner, de transporter en son sein, puis de restituer de très grandes quantités d'énergie, soit comme refroidisseur. Si vous souhaitez en savoir plus sur toutes les applications possibles de l'eau, inscrivez-vous vite aux Olympiades de la Chimie !

    Vous l'avez compris, omniprésente et indispensable au maintien de la vie, l'eau est l'un des corps chimiques les plus essentiels de notre planète. Depuis longtemps au centre de nombreux travaux de recherche, elle continue d'intriguer et de passionner nombre de scientifiques auxquels elle n'a pas encore révélé tous ses secrets... Cependant, dans un contexte climatique contraignant et une croissance démographique affirmée, la pression sur la ressource en eau est de plus en plus forte. C'est donc une richesse qu'il faut s'attacher à préserver. La respecter doit devenir une priorité pour tous et un véritable enjeu pour l'avenir.

    D'après Sagascience - Dossier scientifique sur l'eau


    votre commentaire
  •     Les réserves de pétrole s'épuisent, le réchauffement de la planète devient réalité à cause, entre autres, des émanations de dioxyde de carbone dans l'atmosphère, le recyclage des déchets devient de plus en plus coûteux et problématique et la démographie galopante va demander de plus en plus d'énergie et de produits de consommation. Aujourd'hui, le développement durable et les préoccupations écologiques sont donc au coeur de la croissance économique.

    A l'heure où le pétrole devient rare et cher, il faut mettre en place des filières de substitution aux produits dérivés de la pétrochimie. L'alternative au tout pétrole est née : il s'agit d'une ressource inépuisable et renouvelable : la biomasse, c'est-à-dire la plante entière. En effet, les végétaux répondent à toutes ces préoccupations. Comme le pétrole, ils sont constitués d'une infinité de molécules qui peuvent être raffinées et valorisées dans de très nombreux domaines d'applications tant dans l'industrie que dans la vie domestique.

        Cependant, la superficie cultivable n'est pas sans limite et elle doit être harmonieusement répartie entre les productions alimentaires et celles destinées à d'autres usages.
    Ainsi,
    le concept de bioraffinerie a pour but d'exploiter la biomasse en réutilisant tous les co-produits de chaque étape de transformation, comme de nouvelles sources de matière première. La bioraffinerie fractionne la plante entière, transforme et purifie ses composants pour obtenir des biocarburants, des biopolymères pour les matières plastiques, des tensio-actifs que l'on retrouvera dans les lessives ou les cosmétiques, des composants intermédiaires pour la chimie fine et les laboratoires pharmaceutiques, des ingrédients et des auxiliaires de fabrication pour l'industrie agro-alimentaire.
    A chaque étape du cycle, les sous-produits sont utilisés comme matière première pour fabriquer les composants de l'étape suivant et les résidus ultimes eux-mêmes peuvent être consacrés à l'alimentation animale.

        Les applications de la biomasse peuvent être classées en quatre grands domaines :
    - Les biomatériaux : biopolymères, matériaux composites...
    - les bioénergies : biocarburants, biocombustibles...
    - les biomolécules : lubrifiants, solvants, tensio-actifs...
    - l'agro-alimentaire : huile, vin...
    Ces quatre grand thèmes seront abordés au cours de l'année sous forme de cours, travaux pratiques, conférences, visites d'entreprises et de laboratoires...


    En participant aux Olympiades de la chimie cette année, vous améliorerez non seulement vos connaissances dans le domaine de la chimie, mais vous aurez aussi toutes les cartes en mains pour devenir un acteur majeur dans la protection de l'environnement !

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique